De retour!

Non je n’ai pas oublié mon blog, ces derniers temps c’est un peu compliqué. Déjà je manque de temps, et je manque d’énergie, de force….je m’investis beaucoup dans ce que j’aime faire et mon temps sur le net se réduit à la prise de contact et la prises de nouvelles des personnes qui habitent loin.

Le club photo me prends beaucoup de temps car nous débordons de projets et d’activités, ce qui est plutôt géniale, nous sommes un bon groupe et l’ambiance y est vraiment bonne. En février nous avons organiser le concours régionale (et participer aussi) et nous nous sommes classé aux premières place du podium. Le club est vivant et animés et c’est un vrai moteur pour moi.

A  côté de cela, il y a d’autres choses, des petites sorties, une simple soirée dvd, series TV entre amis, les petites obligations de la vie dans lequel je me suis engagée mais qui finalement me font aussi du bien.

Bref, on trouve les leitmotiv ou on peut dans des petits rien, moi je peux sauter de joie pour un détail, fondre en larme pour un rien, parce ce que chaque petite chose qui font une journée sont des trésors à mes yeux. Certains trouvent que c’est du courage, moi je pense que c’est un choix pour ne pas tout plaquer.

Niveau santé, j’aimerais dire que au moins les choses se stabilisent, mais ces derniers les examens et diagnostiques médicaux disent le contraire. C’est dur d’entendre son spécialiste dire que pour lui, il y a surement de nouvelles tumeurs apparemment dans le dos et la colonnes et à vérifier au niveau cérébral et que je dois m’attendre à encore un aggravation.

Je ne sais plus ce que sais que de ne pas avoir mal, et j’oublie presque que avoir tout le temps mal n’est pas normal tellement c’est encré dans mon quotidien. Je ne tiens pas plus de 10 minutes en station debout et la marche devient une lutte au bout de 15 minutes. A coté de ça, il y aussi les névralgies cervicales, les crampes au pieds, et une tension qui plafonne entre 8 et 9. Je m’endors avec la douleur avec la douleur, me réveil avec, et chaque mouvement me fait mal, je suis donc très vite fatiguée.

Il m’arrive d’en avoir marre et de déprimer grave, je m’enferme chez moi et je regarde des séries toute la journée, j’ai l’impression de me sentir mieux loin du monde extérieur, et puis ça me manque, les photos, les amis…et je finis par reprendre mes activités et la, c’est l’extrême opposé : je refuse de m’écouter, je continue jusqu’à m’effondrer en pleurs de douleurs, je suis dans le total dénie de mon handicap et de la maladie et je suis en colère qu’elle me rappel à l’ordre pour m’empêche de vivre.

J’ai du mal à gérer, à accepter les choses, à me dire que je dois, que je suis obligée d’en faire moins que les autres,  la douleur en permanence…souvent je me demande combien de temps je vais tenir comme ca.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :